Expressions des groupes politiques

Cette page est réservée à la publication des tribunes parues dans le bulletin municipal Taverny Mag.

Tribunes publiées dans le N° 19 - Janvier/Février 2018

Les propos des différents groupes politiques n’engagent que leurs auteurs

Groupe de la MAJORITÉ

Une nouvelle énergie pour Taverny

Cette nouvelle année s’ouvre avec le même constat que les années précédentes : les collectivités territoriales seront encore les premières touchées par les réformes budgétaires décidées par l’État, alors qu’elles ne représentent pourtant que 10 % de la dette publique totale.

Après la baisse drastique des dotations (rappelons que Taverny a perdu plus de 3 millions d’euros en quatre ans, ce qui représente par exemple 40 % du budget dédié aux investissements), les perspectives sur les recettes des collectivités, et plus généralement sur leur indépendance financière, n’incitent pas à l’optimisme.

En dépit de ces contraintes qui touchent toutes les collectivités, nous avons cette année encore concocté un budget à la fois ambitieux et responsable. Ce budget reste tributaire de l’état dans lequel nous avons trouvé la commune.

Avec une ardoise de plus de 12 millions d’euros de travaux à réaliser dans les écoles, pour que nos enfants évoluent dans des bâtiments décents et aux normes, une épicerie sociale insalubre et amiantée, plus de 5 millions d’euros d’emprunts pour de simples cours de tennis, un bureau de Poste en ruine, une crèche municipale pourtant neuve dépourvue de chauffage alors qu’elle accueille nos nourrissons, une masse salariale bien plus élevée que la moyenne des communes de notre strate, il faudra du temps et de l’énergie pour remettre à plat les finances et le fonctionnement de la commune.

Il n’est pas question de se lamenter, même si, parfois, le toupet des amnésiques présents au Conseil municipal nous fait monter la moutarde au nez. Nous en étions conscients à notre arrivée et nous faisons avec ces paramètres et ce contexte.

C’est pourquoi, en toute responsabilité, nous poursuivons coûte que coûte nos ambitions dans le cadre du mandat que vous nous avez confié en 2014 avec en ligne de mire : faire de Taverny une ville toujours plus agréable à vivre.

Nous effectuons des choix et des arbitrages budgétaires tout en maintenant notre cap et en continuant à ne pas augmenter les impôts locaux communaux. Nos priorités sont tournées vers l’avenir avec comme leitmotiv : investir dans tous les quartiers, au service de toutes les Tabernaciennes et de tous les Tabernaciens.

Nous vous souhaitons à toutes et à tous, une belle et heureuse année 2018.  

Groupes de l' OPPOSITION

Groupe Europe Écologie les Verts

Taverny délaissée
Il est regrettable de constater combien Taverny parait délaissée. Bâti ancien en partie en très mauvais état, parfois même délabré, commerces traditionnels dévitalisés, trottoirs ridiculement étroits et souvent défoncés, réseaux EDF PTT perchés en un triste méli-mélo sur des vieux poteaux de ciment et en bois (à quand la fibre optique ?) bref l’image de notre ville est terne.

Les projets immobiliers qui poussent en des endroits peu adaptés iront augmenter les problèmes de circulation routière et de stationnement. De plus en plus les tabernaciens sont contraints à prendre leur véhicule plusieurs fois par jour pour joindre les différents pôles qu’ils soient commerciaux, économiques, culturels, sportifs explosés aux quatre coins de la ville. Une situation qui exigerait un service de vélib (traditionnel ou électrique), un réseau de pistes cyclables conforté et sécurisé afin de diminuer les pollutions.

À l’inverse d’autres villes qui se tournent vers la modernité en retissant les liens culturels et sociaux avec la jeunesse, Taverny vieillit mal.

Albine Caillié

Front de Gauche

Préserver les terres agricoles et favoriser les circuits commerciaux courts
Avec l’abandon du projet d’aéroport à Notre dame Des Landes, c’est la question de la préservation des milieux naturels et de l’exploitation des terres agricoles en zones urbaines qui est posée.

C’est le cas sur le triangle de Gonesse avec le projet de construction du méga complexe de loisirs et de commerces « Europacity » et l’urbanisation de 300 ha d’une des meilleures terres agricoles de la région parisienne.

C’est le cas aussi à Taverny et ses alentours où la construction de logements et le souci d’un certain développement économique ne doivent pas avoir pour conséquence de faire disparaître les bonnes terres agricoles.

La solution pour l’avenir doit plutôt résider dans le maintien et le développement d’un maraîchage de proximité, de cultures bios et de circuits commerciaux courts répondant aux besoins d’alimentation de la population.

Les élus du Front de Gauche

Groupe Socialistes et apparentés

Après les constructions en cours, aux Sarments et à Sainte-Honorine, avec respectivement 179 et 238 logements, nous pouvions espérer que la densification urbaine serait terminée. Eh bien non, le Conseil régional d’Île-de-France vient de voter avec l’accord de la municipalité, la cession d’une parcelle de terrain du Lycée Jacques-Prévert pour y construire des logements. Une fois de plus sans concertation pour une décision qui pourtant va affecter tant le quartier que le cadre de vie et de travail des élèves.

Cette densification à outrance de notre ville et plus particulièrement de certains quartiers n’augure rien de bon pour son avenir. Mobilisons-nous pour la qualité de vie à Taverny et vous invitons à nous rejoindre en nous contactant : pstaverny@gmail.com

Tous nos vœux de joie, de bonheur et de santé pour cette nouvelle année 2018 aux Tabernaciennes et aux Tabernaciens.

Gérard Dagois

TAVERNY BLEU MARINE

Non au communautarisme
Rendre le porc obligatoire, un jour par semaine, dans les cantines scolaires comme vient de le décider le maire de Beaucaire Julien Sanchez est une excellente initiative.

Il y en a assez des revendications communautaristes qui imposent des plats de substitution quand il y a du porc au menu des cantines scolaires. Si certains élèves ne veulent pas manger de cette viande c’est très simple : soit ils n’en mangent pas, soit ils rentrent déjeuner chez eux. Il est scandaleux de voir ces plats de substitution dans les cantines des écoles pourtant publiques et donc laïques de Taverny.

Existe-t-il un plat de substitution le vendredi pour les enfants chrétiens qui souhaiteraient manger du poisson ? Non. Et d’ailleurs ils ne le réclament pas.
Alors pourquoi existe-t-il des aménagements particuliers pour les autres religions ? C’est la question que je pose à notre municipalité...

Alexandre Simonnot
simonnot.fn@gmail.com