Le centre culturel devient Théâtre Madeleine-Renaud

Le centre culturel devient Théâtre Madeleine-Renaud

Culture
Événements
Publié le Mardi 29 novembre 2016

Bien plus qu’un Centre culturel dispensant des cours d’enseignement artistique, cet équipement est une véritable salle de spectacles accueillant une programmation théâtrale dense, riche de multiples talents et dans des univers pluridisciplinaires divers.
Cet édifice, doté d’une salle de 487 places assises et d’une régie spectacle, propose des ateliers de pratiques artistiques et des rencontres avec les artistes autour de la création, une démarche ancrée dans celle des réseaux de théâtres.

À l’occasion du 10e anniversaire du Centre culturel de Taverny, l’équipe municipale a souhaité rendre hommage à une célèbre comédienne de théâtre et de cinéma : Madeleine Renaud.
Le samedi 26 novembre dernier, en amont de la soirée célébrant le 20e anniversaire du Conservatoire Jacqueline-Robin, la Maire et Conseillère Régionale Francilienne, Florence Portelli, aux côtés de Vannina Prévot, adjointe au maire déléguée à la Culture et Catherine Lazaro, directrice du Théâtre ; a dévoilé selon le geste protocolaire, une plaque inaugurale officialisant la nouvelle dénomination de l’édifice culturel : Théâtre Madeleine-Renaud.

Qui était Madeleine Renaud ?
Née en 1900 dans une famille bourgeoise, Madeleine Renaud écrit à 11 ans, son premier roman d’amour et rêve de devenir journaliste. Son envie d’indépendance et son amour pour les lettres la poussent à devenir comédienne.
Premier prix au Conservatoire national d’art dramatique de Paris, Madeleine Renaud entre à la Comédie-Française en 1921, où elle reste jusqu’en 1946. Elle en sera la 374e sociétaire de 1928 à 1945.
Elle fait ses premiers pas sur les planches dans des rôles de jeune première et d’ingénue. En 1923, elle tourne dans le film muet « Le Vent debout » de René Leprince.
Au début des années 30, avec l’avènement du cinéma parlant, la comédienne décroche plusieurs rôles sur grand écran. En 1930 elle incarne Marceline, l’épouse adultère de René Lefèvre dans « Jean de la Lune » de Jean Choux, et enchaîne trois longs métrages sous la direction de Harry Lachman (Mistigri, La couturière de Lunéville, La belle marinière) avant de tourner sous la direction de Maurice Tourneur (Le Voleur) et Curtis Bernhardt (Le Tunnel).
En 1934, elle est la « Maria Chapdelaine » de Julien Duvivier et tourne aux côtés de Pierre Blanchar et Raimu dans « L’Étrange Monsieur Victor » de Jean Gremillon, avec lequel elle collaborera à quatre reprises (Remorques en 1941, Lumière d’été en 1943 et Le ciel est à vous en 1944). Poursuivant toujours brillamment sa carrière sur les planches, elle accède à des rôles de jeunes coquettes, qu’elle assume aussi au théâtre : Jacqueline, de Musset, Suzanne, de Beaumarchais.
En 1936, Madeleine Renaud rencontre Jean-Louis Barrault sur le tournage « d’Hélène » où ils sont partenaires. Divorcée d’avec Charles Granval, elle épouse Jean-Louis Barrault en 1940. C’est par amour pour elle qu’il entre à la Comédie-Française. Il y met en scène « Le Soulier de satin » en 1943 où elle est Dona Musique, rôle auquel la destinaient sa diction parfaite et sa voix d’une grande pureté qui restera fraîche et jeune jusque dans la vieillesse.

Après la Seconde Guerre mondiale, la vie de Madeleine Renaud se confond avec celle de Jean-Louis Barrault. Après avoir interprété 127 rôles, elle quitte la Comédie-Française en 1946 pour fonder avec son mari en 1947 la Compagnie Renaud-Barrault, de réputation internationale, qui loge au Théâtre Marigny.
La comédienne crée la Winnie de « Oh les beaux jours » de Samuel Beckett en 1963, rôle qu’elle endossera jusqu’à la fin de sa carrière, tandis que son mari accède au poste de directeur du Théâtre de l’Odéon-Théâtre de France, qu’il doit quitter après les événements de mai 1968.

À partir de 1968, la Compagnie Renaud-Barrault déménage et s’installe à l’Élysée-Montmartre. Madeleine Renaud s’éloigne un temps de la Compagnie pour jouer aux côtés de Claude Régy dans « L’Amante anglaise » de Marguerite Duras. Puis, elle est Maude dans « Harold et Maude », rôle qu’elle tiendra longtemps, après l’installation de la Compagnie dans la gare d’Orsay désaffectée puis au Théâtre du Rond-Point. En 1981, ils s’installent en face du Théâtre Marigny. Madeleine Renaud meurt en 1994 à Paris, sept mois après son époux. Elle est la tante par alliance de la comédienne Marie-Christine Barrault. 

Lancement de l'agenda 21

Lancement de l'agenda 21

APPEL A VOLONTAIRES
Participez à l'agenda 21 de Taverny. Proposez vos suggestions sur l'environnement.
VOTRE FICHE DE CANDIDATURE EST ICI
Cérémonie des vœux institutionnels 2019

Cérémonie des vœux institutionnels 2019

Lisez ici l'intégralité de l'allocution de Mme Portelli, maire de Taverny et conseillère régionale d'Île-de-France, lors de la cérémonie des vœux institutionnels de Taverny s'est tenue vendredi 11 janvier 2019 en présence de nombreuses personnalités dont, notamment, Mme Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, et Mme Marie-Christine Cavecchi, présidente du Conseil Départemental du Val d'Oise.
Concertation Nationale

Concertation Nationale

La Mairie de Taverny met des cahiers de doléances à disposition des citoyens dans le hall de l'Hôtel de Ville et vous propose également une version en ligne sur cette page.